choisir - choose

Paper Monsters

album solo

en bref
Gahan accomplit son rêve en sortant son premier album solo, 'Paper Monsters'. Servi par 3 singles, il permet au chanteur de livrer ses premières compositions, et d'agrandir son terrain de jeu musical, qui n'atteint certes pas le niveau de celui de Gore.
tracklisting
notes

époque

The Solo Eras

date de sortie

lundi 02 juin 2003

label

Mute Records

référence

STUMM216

composition

Ecrit par Dave Gahan et Knox Chandler

production

Produit par Dave Gahan et Knox Chandler

enregistrement

Enregistré à Electric Lady, New York. Ingénieur : Jonathan Adler. Musiciens additionnels : Victor Indrizzo (Batterie sur "A Little Piece", "Black And Blue Again", "Hidden Houses"), Paul Garisto (Batterie sur "Bottle Living", "Goodbye", "Hidden Houses"), Douglas Petty (Pianos sur "A Little Piece", "Stay"), Dee Lewis (Choeurs sur "Dirty Sticky Floors), Jane Scarpantoni (Violoncelle), Antoine Silverman, Maxim Boston, Joan Wasser (Violons), David Yolo (Viole) sur "A Little Piece" et "Black And Blue Again", Jolyon Thomas (Tambourine et Tom sur "Stay")

mixage

Mixé aux Eden Studios et The Instrument, Londres. Ingénieur : Jack Clark

artwork & photographie

Anton Corbijn, Four 5 One Creative

dans l'histoire

Cela fait maintenant plus de 20 ans que Dave Gahan chante les textes et les mélodies de ses compagnons au sein de Depeche Mode. Cela a commencé au tout début de l’aventure par les textes de Vince Clarke dont le rythme et la sonorité des mots prenaient le dessus sur le sens réel du texte, ou encore les histoires de spiritualité et de sexe que Martin Gore lui mettait dans la bouche avec le succès que l’on connait. Sans oublier les timides tentatives d’Alan Wilder, au début de leur carrière.

Mais depuis quelques années, Dave a envie de plus. Il aimerait chanter ses propres histoires, raconter son propre vécu. Cela fait quelques années qu’il transcrit ses idées sur des bouts de papier. Lors de l’enregistrement d’Ultra, il décide de sortir de sa zone de confort, et de soumettre un premier morceau à Martin et Andy. Quelques mots fredonnés en frappant du pied pour y donner un semblant de rythme. Il aura fallu quelques jours et plusieurs hésitations à Gore pour finalement officialiser la décision : le morceau ne correspond pas à la direction que prend Ultra. A la grande déception de Gahan, cette démo, baptisée Ocean’s song, ne sera finalement jamais enregistrée sous le nom de Depeche Mode. Une version retravaillée sera toutefois mise en boite par Gahan et sera commercialisée en face B du second single de Paper Monsters, I need you, sous le nom de Closer.

Nous sommes fin des années 90. Depeche Mode a sorti un second best of, et le Singles Tour pour le promouvoir vient de se terminer. Gahan aurait pu se contenter de prendre du repos et d’attendre patiemment une éventuelle réunion avec Martin et Andy pour discuter du prochain album de DM, mais il sent qu’il a besoin de sortir de sa routine. Il commence à écrire plus sérieusement ce qui pourrait devenir des paroles de chansons. Il sent que ça pourrait mener quelque part. Mais même s’il se débrouille avec une guitare ou un harmonica, Gahan n’est pas un musicien dans l’âme. Il est assez lucide pour savoir qu’il a besoin d’aide pour finaliser ses compositions. Son ami, le batteur Victor Indrizzio, lui suggère de rencontrer Knox Chandler (Psychedelic Furs, Siouxsie and the Branshees). Pendant quelques mois, Gahan et Chandler vont se rencontrer plusieurs fois par semaine à New York pour développer des chansons au départ des idées de Gahan. Lorsque plusieurs morceaux commencent à bien sonner, l’ami et collaborateur de longue date, Daniel Miller, est appelé pour donner son avis. Miller est intéressé et conseille à Gahan d’écrire plus de chansons. Mais il est stoppé dans son élan, lorsque Depeche Mode décide de rentrer en studio pour donner naissance à Exciter. Gahan met son projet de côté avec l’idée claire et précise de le reprendre après l’aventure Exciter.

Le projet ne fut pas aussi facile que prévu à mettre en place. Les budgets pour un album solo ne sont pas comparables au budget pour un album de Depeche Mode. Mais avec l’aide de Daniel Miller, Gahan se retrouve au studio Electric Lady avec quelques musiciens, et Ken Thomas à la production. La première idée de Gahan est de demander à Flood de produire cet album. Son travail sur Violator et Songs of Faith and Devotion est remarquable, malheureusement, Flood est très occupé et ne désire pas se lancer dans un gros projet. Il refuse l’offre, non sans donner quelques conseils pour mettre l’album sur de bons rails. Le choix final se porte sur Ken Thomas, dont le travail avec Sigur Ros, groupe dont Gahan est fan, mais aussi David Bowie ou Queen, a convaincu l’auteur.

En juin 2003, sort Paper Monsters. Le titre se réfère aux barrières futiles et inutiles qu’on peut s’imposer et qui empêchent de profiter au maximum des plaisirs de la vie. Un album de dix chansons parlant aussi bien de ses problèmes d’addiction aux drogues dures et à l’alcool que de la naissance de sa fille ou d’une violente querelle avec Jennifer, son épouse. Les paroles ne sont pas aussi imagées et subtiles que celles de son compère au sein de Depeche Mode, mais pour un premier essai, il s’en sort plutôt bien. Musicalement, on attendait un retour aux premières amours de Gahan et un son tourné vers le rock. Il n’en est rien. Les sonorités sont assez proches de ce que Depeche Mode a pu faire récemment. Et même si l’album repose moins sur des sonorités électroniques, l’ambiance sombre rappelle ce que le groupe de Basildon a pu faire dans le passé.

Gahan ne se contentera pas de sortir un album solo. Accompagné de Knox Chandler à la guitare et Victor Indrizzio à la batterie, mais aussi de Vincent Jones aux claviers et de Martyn Lenoble à la basse, il partira 6 mois sur les routes pour défendre son disque. Septante concerts pour la « Voix de Depeche Mode », comme annoncé sur les affiches faisant la publicité des concerts, où le groupe jouera l’intégralité de l’album, mais aussi quelques titres de Depeche Mode. Ces morceaux faisant partie intégrante de sa carrière d’artiste.

Paper Monsters permettra à Gahan de prendre confiance en ses qualités d’auteur-compositeur, et de prouver à Gore et Fletcher qu’il a le potentiel d’être plus que la voix du groupe. Cela lui permettra de prendre part dans le processus d’écriture des albums suivants de Depeche Mode, avec le succès que l’on sait.

Playingtheangel.com

discographie intégrale

Paper Monsters

principales éditions

CDSTUMM216 5"CD

284 Angleterre, 2003

STUMM216 Vinyl LP

283 Angleterre, 2003

LCDSTUMM216 CD & DVD

285 Angleterre, 2003

discographie mondiale

35 éditions locales

4 éditions analogiques

31 éditions numériques

12 sociétés d'édition locales

éditions commerciales

Afrique du Sud (1), Angleterre (8), Argentine (1), Australie (1), Benelux (1), Canada (2), Corée du Sud (1), Danemark (1), Europe (3), Hongrie (1), Japon (1), Mexique (1), Russie (2), Suède (2), Taiwan (1), Thaïlande (1), Ukraine (1), USA (6)

sociétés d'édition

Comp Music Ltd (1), EMI Music Group Australasia (1), EMI Music Korea (1), Mute Records (14), PIAS Benelux (1), Playground Music Scandinavia (3), Reprise Records (8), RISA (1), S.B.A. / Gala Records (2), Sony Records (1), Toshiba EMI Ltd (1), Universal (1)

photos et artworks

catalogue international des éditions

Paper Monsters